C’est aujourd’hui, avec une grande satisfaction et un grand honneur, que nous sommes fiers de vous présenter le travail que nous étudiants en 1 ère Année à L’ESAD de Pau avons réalisé. Dans le cadre du Workshop animé avec Valentin, représentant du studio CCC, nous sommes fiers de vous présenter notre thématique de travail tiré du sujet initial qu’il nous à proposé de développer.

(SUJET )

Lundi 9h:
Réunion à la cafétéria sous la forme d’une assemblée générale: président, groupes de paroles, médiateur et secrétaire( Valentin nous à laissé la possibilité de nous exprimer sur des sujets qui nous tenaient à coeur en tant qu’étudiants mais également en tant qu’individus sociaux. Le but était de débattre sur des thème qui nous rassemblaient dans l’objectif de nous unir sur un sujet à développer). Pour en arriver à ce résultat nous nous sommes servi du principe de « l’auto-enquête » qui à pour but d’enclencher une réflexion collective permettant d’identifier des problématiques. C’est une façon d’enquêter sur nous même mais d’une façon statistique: on se pose des questions et on y répond en partant de soi.

Lundi 14h:
Reprise de l’AG où nous avons, pour organiser aux mieux nos idées, écris individuellement et anonymement des questions sur des post-it. Ils étaient ensuite redistribués aux membres pour voir qu’elles en seraient les réponses et comment on pouvait en débattre tous ensembles. Cette étape nous à permis de cibler au mieux un sujet susceptible d’intéresser tout le monde et de voir, en tant que groupe, qu’elles seraient les recherches à instaurer ( création d’une association des 1ères Années qui aiderait les élèves à s’exprimer sur des causes qu’ils veulent mener pour une amélioration collective de nos droits, nos besoins et nos contraintes en tant qu’étudiants).
Suite à ça, nous avons souhaité nous rapprocher de réels syndicats étudiants actuels pour avoir directement une réelle aperçu de ce que ça représentait. Ainsi, nous avons été mis en contact avec le syndicat étudiant de l’UPPA qui mène cette année, depuis le 5 décembre 2020, une lutte pour faire parvenir à leur directions des revendications sur les formalités de leur statut, et à plus grande échelle des manifestations dans la ville avec d’autres mouvements en grève tous les jeudis de la semaine.
Leur but est de sensibiliser les personnes à revendiquer leur droit de façon pacifiste en communicant démocratiquement leurs revendication à un publique plus large, en les invitant à ne pas se décourager.


Mardi 9h:
Une fois le sujet choisi, nous avons constitués différents groupes de travails, tous reliés les uns aux autres par rapport à l’intérêt porté au sujet. Ceci permettait de favoriser le travail en équipe pour ainsi nous rendre plus efficace. ( chaque groupe devait oeuvrer dans la création de pancartes, affiches, banderoles et prospectus, utiles mais surtout graphiquement cohérents, pour apporter lors de la manifestation de jeudi, des rendus visuels qui favoriseraient l’information et qui attiraient le regard des gens. Nous nous sommes donc posé la question suivante: Comment rendre la pratique artistique utile au sein des mouvement de protestation et comment l’Art pouvait intervenir dans ce milieux. Pour ce faire les groupes étaient les suivants:
- groupe logistique (matériel) qu’avions nous besoin pour atteindre notre objectif ?
- Groupe de la mise en forme (supports, typographie, couleurs…) comment allions nous attirer l’attention des passants dans le but de les sensibiliser et les rallier à notre cause ?
- Groupe texte ( slogans, idée d’accroche) qu’allions nous retransmettre comme message d’accroche pour que les gens soient touchés et non effrayés.
- Groupe Action (comment le rendre visible au reste des étudiants) Création d’un mur permettant aux étudiants d’y inscrire questions, messages, revendications pour emmener des sujets abordables lors de nos éventuelles AG de l’école. Le but n’est donc pas d’être diffamatoires, mais de prendre en considération chaque voix dans notre institution comme importante à notre développement en tant qu’étudiants.

Mardi 14h:
Rencontres avec les étudiants de l’AG « l’UPPA en LUTTE » avec qui nous avons pu échanger sur les différentes causes qui les motivaient à continuer cette activité 1 fois par semaine dans leurs locaux. En échangeant avec eux, nous avons constater l’impact que notre travail pouvait avoir sur eux et comment nous pouvions contribuer dans leur combat. N’étant pas initié aux pratiques artistiques graphiques dans leur milieux respectifs, ils pensaient que s’ils avaient certaines maîtrises dans l’art de la communication visuelle et graphique, ils seraient plus percutants lors de leurs appels au combat. Nous avons donc pris l’initiative de les aider à se construire une meilleure image au sein de la société étudiante. Nous pouvions par notre capacité à construire l’image et les formes, aider à confectionner des pochoirs, affiches, banderoles ou d’autres outils de communication visuels qui captiveraient les étudiants pour se sensibiliser à leur cause.


Mercredi 9h et de14h à 20h30:
Nous nous sommes donc adonnés à nos pratiques de confections par groupes pendant toute la matinée jusqu’à obtenir des résultats satisfaisants. Ainsi, pour contribuer d’avantage à notre cause par le biais de la leurs, nous leur avons proposé un rdv chez eux, sur le siège de « l’ UPPA en LUTTE » au sein du campus universitaire le soir même. Pour les aider dans la confection d’outils leur permettant lors de la manifestation de se faire voir et entendre, nous somme resté avec eux de 17h à 20h30. Avec notre matériel et nos connaissances pour confectionner affiches et banderoles reliées à leur causes, nous étions ravis des résultats obtenus et eux reconnaissants de notre soutien.

Jeudi 9h:
Pour aller au delà de ça, nous avons prît l’initiative de manifester avec eux ce jeudi 6 février 2020, pour réellement voir l’impact que nos confections avaient sur les passants et les manifestants. Nous avons eux énormément de retour sur nos prospectus, banderoles et drapeaux ainsi que sur le logo créé pour l’occasion. Ce logo, représentant un des tableaux les plus percutants de Munch, « le Cri » à été revisité en émotionne pour le rendre d’actualité. Il représente l’étudiant démuni, surpassé et démotivé. Ainsi, il se rallie au principes que veulent révéler les étudiants de l’UPPA ainsi qu’on peut vivre parfois individuellement.
Nombreuses étaient les personnes qui venaient nous parler pour lire nos pancartes et échanger avec nous sur cette façon de créer. Nous avons donc prît conscience du pouvoir que peut avoir le désigne graphique dans ce milieu et de l’impact qu’un message à lorsqu’il à été soigneusement valorisé et respecté lors de sa communication.

C’est ainsi qu’aujourd’hui nous vous mettons à disposition le travail exercé par nous étudiants, qui grâce à l’aide du Studio CCC, avons prît en considération l’importance qu’est d’avoir une recherche stylistique. Ainsi, on favorise ce que nous voulons atteindre au travers de la cause à laquelle on se rattache, qu’elle soit engagée ou simplement significative d’un sujet donné.



Pendant une semaine, nous nous sommes donc sensibilisés l’importance des détails.
Ensuite, nous nous sommes mit en situation dans un certain cas pour fabriquer un rendu visuel qui lui correspond.
A travers ce Workshop, nous avons developpé une envie de s’organiser et de rassembler les étudiants pour qu’ils puissent s’exprimer par le biais du « another post-it on the wall ».
Ce tableau peut permettre de faire passer des messages pour les évoquer en Assemblée générale.
C’est un bon moyen de se socialiser en 1er année, car on vis tous dans cette même micro société qu’est l’école, et qu’on est tous confronté aux même problèmes.
Ce serai un bon moyen de faire évolué nos futur parcours et de libérer la parole .